• Tél. : 819 326-1321

La violence conjugale, c’est quoi?

Toute femme peut un jour ou l’autre être prise dans une relation avec un conjoint violent.
Il n’y a pas de portrait type d’une femme victime de violence conjugale pas plus qu’il n’y a
« d’agresseur type ».

Dans sa déclaration sur l’élimination de la violence contre les femmes, adoptée le 1er décembre 1993, l’Assemblée générales des Nations Unies a reconnu que cette violence est la manifestation de rapports de force historiquement inégaux qui ont abouti à la domination des hommes sur les femmes.

La violence conjugale se perpétue à travers les générations par l’entremise de la socialisation sexiste et à son tour, la socialisation sexiste accroît la tolérance sociale face à la violence conjugale.

Être victime de violence conjugale est un état d’impuissance qui empêche une réaction libre et spontanée. La victime n’est donc pas responsable de la violence qu’elle vit.

Ce type de rapports de pouvoir n’est pas le lot d’une classe défavorisée ou de certaines catégories de gens. La violence conjugale frappe autant chez les riches que chez les pauvres. Elle n’est reliée en aucune façon à l’alcool et à la drogue. La violence conjugale trouve sa véritable source dans les rapports de domination et d’inégalité entre les sexes.

La violence ne résulte pas d’une perte de contrôle, mais constitue, au contraire, un moyen choisi pour dominer l’autre personne et affirmer son pouvoir sur elle.

Tél. : 819 326-1321

SOS Violence conjugale : 1 800 363-9010